Annexe 5 - TC Venerie

Aller au contenu

Menu principal :

Annexe 5

Règles du Tennis > ANNEXES
ROLE OFFICIELS

RÔLES RESPECTIFS DES OFFICIELS

Le juge-arbitre est l’autorité statuant en dernier ressort pour toutes questions de droit du tennis et la décision du juge-arbitre est sans appel.

Dans les parties pour lesquelles est désigné un arbitre de chaise, l’arbitre de chaise est l’autorité statuant en dernier ressort pour toutes questions de fait au cours de la partie.

Les joueurs ont le droit de faire venir le juge-arbitre s’ils se trouvent en désaccord avec un arbitre de chaise sur une question de droit du tennis.

Dans les parties pour lesquelles sont désignés des juges de lignes et des juges de filet, ils annoncent toutes leurs lignes ou filet respectifs (y compris les fautes de pied). S’il constate une erreur évidente, l’arbitre de chaise a le droit de déjuger (« overrule ») un juge de ligne ou un juge de filet. En l’absence de juges de ligne ou de juges de filet, l’arbitre de chaise doit annoncer toutes les lignes (y compris les fautes de pied) ou tous les « let » au filet.

Un juge de ligne qui n’est pas en mesure d’annoncer une ligne doit immédiatement le signaler à l’arbitre de chaise qui prendra une décision. Si le juge de ligne n’est pas en mesure d’annoncer une ligne, ou s’il n’y a pas de juge de ligne, et que l’arbitre de chaise n’arrive pas à prendre une décision sur une question de fait, le point sera rejoué.

Dans les épreuves par équipes pour lesquelles le juge-arbitre est présent sur le court, le juge-arbitre sera également l’autorité statuant en dernier ressort pour toute question de fait.

L’arbitre de chaise a le pouvoir d’arrêter ou d’interrompre le jeu à n’importe quel moment s’il décide qu’il est nécessaire ou approprié de le faire. Le juge-arbitre peut également interrompre ou arrêter le jeu en raison de l’obscurité, des conditions météorologiques ou de l’état du terrain. Lorsque le jeu est interrompu en raison de l’obscurité, on interrompra de préférence le jeu en fin de manche, ou après un nombre pair de jeux. Après une interruption de jeu, le score reste acquis et les joueurs reprennent les mêmes positions lorsque reprend le jeu.

L’arbitre de chaise ou le juge-arbitre prendront des décisions en ce qui concerne la continuité du jeu et les conseils conformément à tout Code de conduite homologué et en vigueur.

Cas 1
Une balle est annoncée « faute », mais un joueur soutient qu’elle est bonne. Peut-on faire venir le juge-arbitre pour qu’il décide ?
Décision Non. L’arbitre de chaise prend la décision finale sur les questions de fait (pour tout point relatif à ce qui s’est effectivement passé au cours d’un incident particulier).

Cas 2
Est-ce qu’un arbitre de chaise peut déjuger un juge de ligne à la fin d’un point si, d’après l’arbitre de chaise, une erreur évidente a été commise en début d’échange?
Décision Non. Un arbitre de chaise ne peut déjuger un juge de ligne qu’immédiatement après que l’erreur évidente a été commise.

Cas 3
Un arbitre de chaise annonce une balle «faute», après quoi un joueur prétend que la balle était bonne.
L’arbitre de chaise peut-il déjuger le juge de ligne ?
Décision Non. Un arbitre de chaise ne doit jamais déjuger un juge de ligne après la contestation ou réclamation d’un joueur.

Cas 4
Un juge de ligne annonce une balle «faute ».
L’arbitre de chaise n’était pas en mesure de voir clairement, mais pense que la balle était bonne. Est-ce que l’arbitre de chaise peut déjuger le juge de ligne ?
Décision Non. L’arbitre de chaise peut uniquement déjuger un juge de ligne lorsqu’il est certain que le juge de ligne a commis une erreur évidente.

Cas 5
Est-ce qu’un juge de ligne a le droit de changer son annonce après que l’arbitre de chaise a annoncé le score ?
Décision Oui. Si un juge de ligne se rend compte d’une erreur, il faudra la corriger dès que possible, à condition que la correction n’intervienne pas après la contestation ou réclamation d’un joueur.

Cas 6  
Si un arbitre de chaise annonce une balle «faute» et ensuite se corrige et l’annonce «bonne», quelle décision faut-il prendre ?
Décision L’arbitre de chaise décide s’il y a eu gêne ou non pour les joueurs au moment de l’annonce « faute ». S’il y a eu gêne, le point est rejoué. S’il n’y a pas eu gêne, le joueur qui a frappé la balle gagne le point.

Cas 7  
Une rafale de vent fait repasser une balle au-dessus du filet et le joueur passe sa raquette au-dessus du filet (comme de droit) pour essayer de jouer la balle. L’adversaire ou les adversaires l’en empêchent. Quelle décision faut-il prendre ?
Décision L’arbitre de chaise décide si la gêne était intentionnelle ou non et soit accorde le point au joueur gêné, soit demande à rejouer le point.

PROCÉDURE D’INSPECTION DE TRACE

1 - L’inspection de trace peut seulement être faite sur un court en terre battue.

2 - Une inspection de trace, demandée par un joueur (ou une équipe), devra être accordée seulement si l’arbitre de chaise ne peut pas déterminer l’annonce avec certitude de sa chaise, à la conclusion d’un point ou quand un joueur (ou équipe) arrête de jouer le point pendant un échange (les retours sont permis mais le joueur doit immédiatement arrêter).

3 - Quand un arbitre de chaise a décidé de faire une inspection de marque, il ou elle doit descendre de la chaise et faire l’inspection soi-même. Si il ou elle ne sait pas où est la marque, il ou elle peut demander au juge de ligne de localiser la marque, mais ensuite, l’arbitre de chaise doit l’inspecter de lui ou d'elle-même.

4 - L’annonce originale ou une « overrule » (changement de décision d’un arbitre de chaise sur un juge de ligne) devra toujours être gardée si le juge de ligne et l’arbitre de chaise ne peuvent déterminer la localisation de la marque ou si la marque est illisible.

5 - Une fois que l’arbitre de chaise a identifié et prit une décision sur la marque, cette décision est finale et ne peut être contestée.

6 - Sur un court de tennis en terre battue, l’arbitre de chaise devra ne pas être trop rapide pour annoncer le score a moins qu’il ne soit absolument certain de l’annonce. S’il a un doute, attendre avant d’annoncer le score pour déterminer si une inspection de trace est nécessaire.

7 - En double, le joueur qui conteste une marque doit faire sa demande de façon à arrêter le jeu immédiatement. Si une contestation est faite à l’arbitre de chaise, il ou elle vérifiera en premier que la procédure d’arrêt a bien été respectée. Si cette procédure est jugée incorrecte ou trop tardive, alors l’arbitre de chaise peut considérer que l’équipe adverse a été délibérément gênée.

8 - Si un joueur efface la marque avant que l’arbitre de chaise ait pris une décision finale, il ou elle considère que la balle est bonne ou valide la contestation de son adversaire.

9 - Un joueur ne doit pas traverser le filet pour vérifier une marque sans risquer d’être pénalisé pour une conduite antisportive suivant la procédure du Code de conduite.
 

 
Retourner au contenu | Retourner au menu